TMPOFEELING.COM

Les idées et chroniques musicales, foot et mode de Pascal-Olivier Brownily

POURQUOI IL EST IMPOSSIBLE D'AVOIR UN CHRIS BROWN AFRICAIN

Rédigé par Pascal-olivier BROWNILY Mardi, 3 Avril 2018
Classé dans Chroniques Muz
En 2018, je continue de croiser sur les réseaux sociaux des discussions du type « Locko/Magasco c’est le Chris Brown camerounais », « Quel rappeur associer à Locko pour faire un #FanOfAFan ? ». Mais est-il seulement possible d’avoir un Chris Brown en Afrique ? Les per...
Lire l'article

Chris Brown - Zero

En 2018, je continue de croiser sur les réseaux sociaux des discussions du type « Locko/Magasco c’est le Chris Brown camerounais », « Quel rappeur associer à Locko pour faire un #FanOfAFan ? ». Mais est-il seulement possible d’avoir un Chris Brown en Afrique ? Les performances de Breezy dans les charts mondiaux et les multiples Awards glanés au cours de sa carrière font de lui un Mogul  inaccessible pour les artistes d’urban afro pop music. Et le fait qu’il se soit développé artistiquement au sein de la maison mère du R&B et de la culture Hip-hop implique qu’il est impossible d’avoir un "Chris Brown" en dehors des Etats-Unis.

 

Chris Brown, un R&B artist made of Hip-hop

Dans les années 90s, P. Diddy et Mary J Blige avaient créé la filière Hip-hop Soul en plongeant les racines ghetto de MJB dans le R&B/Soul. Le résultat fut sensationnel, tant sur le plan artistique que commercial ; la renommée et la carrière de la Diva ne sont plus à présenter aujourd’hui.

Toutefois, ces mêmes années 90s seront sujettes à un alignement de planètes sans précédent. Michael Jackson, l’arbre du chakra a.k.a Jûbi, va se diviser (en plusieurs Bijû, NDLR), et une de ses entités sera projetée au loin pour atterrir quelque part en Virginie, aux USA. En grandissant, la créature R&B va se nourrir de toute la culture Hip-Hop (Rap, B-boying, Graffitis, DJ-ing) des années 90s et début 2000s des USA, pour devenir à sa maturité un artiste urbain à la versatilité musicale extrême.

Contrairement aux "artistes Hip-hop qui aiment chanter" (Tory Lanez, Drake…), Chris Brown a une vraie crédibilité R&B. Plongé dans la filière "R&B R. Kelly" (ou R&B US contemporain), Chris Brown a progressivement tracé sa propre voie artistique, un noyau R&B autour duquel il sait parfaitement faire graviter la version du Hip-hop mainstream à la mode et parfois l’Eurodance. Un Bon chanteur de R&B (a "Good singer", not a "Great") qui ne cesse de pondre des Hits Hip-hop depuis le début de sa carrière. Il est littéralement le « R&B/Hip-hop Bridge ».

 

Chris Brown ou le Lil Wayne du R&B urbain contemporain

Aidé à ses débuts par les lyrics de Sean Garrett sur les instrus de Scott Storch ('Run It', 'Gimmie That', 'Wall To Wall'), Chris Brown a eu à enchaîner (en solo) des bangers sur des prods de Swizz Beatz ('I Can Transform Ya'), Diplo ('Look At Me Now') et de Nic Nac ('Loyal', 'Ayo', 'Bitches & Marijuana'). Et depuis 2016, il est passé en mode R&B/Trap. Ces allers-retours permanents sur le pont entre Hip-hop et R&B vont au fil des années aider Breezy à dominer les Rap/Sung collaborations de la scène américaine.

Depuis son retour au sommet en 2011 avec l’album ‘F.A.M.E.’, toute collaboration de Chris Brown est un Tube. Très peu d’artistes Mainstream Rap et R&B urbain se permettent de sortir un album sans l’appeler sur une chanson qui finira forcement en Single. Sur les années 2010s, il représente à lui seul ce qu’étaient Ashanti, T-Pain ET Akon dans les années 2000s. Il a pris le concept « Ashanti » [ou Mrs Hook, NDLR] en a fait toute une science et y a plus tard soutenu sa propre Thèse. Tout cela en réussissant à avoir une carrière solo énorme et une réelle crédibilité en tant qu’artiste R&B.

Breezy est aujourd’hui le plus indé des artistes Mainstream aux USA. Il écrit lui-même ses textes, dirige les beatmakers en studio et réalise désormais la plupart de ses clips. Depuis 2010, il ne cesse de régaler la #TeamBreezy [NDLR : la fanbase de Chris Brown] en Mixtapes. Rien qu’entre les albums-studio ‘GRAFFITI’ (le 3e) et ’FORTUNE’ (le 5e), il a livré ‘IN MY ZONE’, l’excellent ‘FAN OF A FAN’ en duo avec le rappeur Tyga, ‘IN MY ZONE 2’ et ‘BOY IN DETENTION’. A croire qu’en fait le nouveau Lil Wayne se trouve plutôt du côté du R&B urbain contemporain.

 

Le contexte socio-culturel africain

La filière R&B/Hip-hop présentée plus haut, et par extension le R&B urbain contemporain, ont pu voir le jour aux USA grâce aux musiques afro-américaines qui ont pris le temps d’être ancrées dans la culture de ce pays. Le Rhythm & Blues en particulier a connu de multiples évolutions au niveau des techniques de chants et des techniques de production. Des artistes R&B/Hip-hop à l'instar de Chris Brown, Trey Songz et August Alsina, se sont d’abord essayé au Rap, avant de revenir sur leurs pas pour APPRENDRE les techniques de R&B/Soul. Tandis que la chanteuse Kehlani fusionne habilement le R&B, la Pop et le Hip-hop.

En Afrique, plus de 95% des jeunes artistes qui se lancent dans la chanson cherchent à faire de la Pop urbaine. Même ceux qui se lancent en voulant marcher dans les pas d’Usher, Beyoncé ou Chris Brown se retrouvent à faire du « sous-Davido » ou du « sous-Singuila ». Personne ou presque n’investit son temps pour apprendre les bases techniques du R&B/Soul. Une musique géniale mais qui en fin de compte n’est pas de culture africaine.

LOCKO, 2 ANS APRES L?EP SKYZO

Rédigé par Pascal-olivier BROWNILY Lundi, 26 Mars 2018
Classé dans Chroniques Muz
En 2015, le jeune chanteur Locko publie coup sur coup les tubes ‘Margo’ et ‘Ndutu’. A la fin de la même année, il sort ‘SKYZO’ son premier EP dont sera ensuite issu le Single à succès ‘Sawa Romance’ au début de l’année 2016. Le public et toute la sc&egr...
Lire l'article

Locko, de SKYZO à THE BRIDGE

En 2015, le jeune chanteur Locko publie coup sur coup les tubes ‘Margo’ et ‘Ndutu’. A la fin de la même année, il sort ‘SKYZO’ son premier EP dont sera ensuite issu le Single à succès ‘Sawa Romance’ au début de l’année 2016. Le public et toute la scène musicale camerounaise sont conquis par celui qui est incontestablement la révélation musicale de l’année au Cameroun. 2 années plus tard, Locko publie enfin son premier album-studio, un disque modestement intitulé ‘THE BRIDGE’. Car durant ces années, il est véritablement passé à une autre rive du succès.

 

Une assise nationale et une éclosion internationale

Après le succès de l’EP ‘SKYZO’ qui recevra notamment 6 nominations aux Balafon Music Awards 2016, tous les artistes urbains ou presque s’arrachent Locko pour avoir sa voix et son flow sur le refrain et/ou sur un couplet de leurs titres. Persuadé d’obtenir un Hit, chaque artiste publie leur collaboration sous forme de single accompagné d’un clip.

 

De Mars 2016 à Mars 2018, on retrouve ainsi le crooner successivement sur ‘My Last’ de Slim Marion, ‘Jamais Vu’ de Fluri Boyz, ‘Le Bas Du Dos’ de Landry Melody, ‘Boucan’ de Valeri Williams, ‘Gratter’ de Sifoor, ‘I Love You’ de Ko-C, ‘Ma Vision’ de Pit Baccardi, ‘Stay’ d’Ewube, ‘Koi Me Fait’ de Minks, ainsi que sur les 2 projets collaboratifs ‘Power 1’ et ‘Power 2’. Musicalement, Locko alterne à chaque fois le bon et le moins bon ; mais ces nombreuses collaborations lui permettent de cimenter sa place dans le Mainstream camerounais.

Cette notoriété grandissante sur la scène locale va pousser la diaspora camerounaise à organiser le 4 novembre 2016 un concert à La Boule Noire (Paris), mais surtout va permettre à Locko de participer à l’aventure Coke Studio Africa en 2017. Il y représentera l’Afrique Francophone aux côtés de Shado Chris et Kiff No Beat.

Avec le prix du meilleur artiste masculin d’Afrique Centrale décerné par les AFRIMA en novembre 2017, la « Lockomotive » [NDLR : surnom de la fanbase de Locko] savoure le premier Awards international de ce jeune chanteur qu’ils ont soutenu pendant qu’il traversait un véritable pont entre le statut de révélation de la musique camerounaise à celui d’étoile montante en Afrique. Après un parcours de près de 2 ans, les fans attendent ainsi avec impatience la sortie de son premier album-studio.

 

Derrière le pont

À l’écoute de l’EP ‘SKYZO’ (que j’avais chroniqué ICI), nous découvrions un jeune auteur-compositeur-interprète avec une voix en or, un sens inné de la composition et surtout un vrai ADN R&B en terme de technique vocale. Selon moi, ce potentiel intrigant prédestinait ce jeune talent à fusionner le "R&B R. Kelly" (ou R&B US contemporain) et le Makossa/Pop des années 90s. Encore aurait-il fallu trouver le bon record producer pour réaliser un tel délire.

Au lieu de devenir un « Ne-Yo sawa », Locko s’est plutôt attelé, au fil des années, à devenir l’idole du jeune public camerounais désormais bercé par de la Pop urbaine. Tel est le contexte de ‘THE BRIDGE’, un rookie-album qui nous présente Locko comme un artiste de musique populaire. 2 ans après ‘SKYZO’, l’univers de Locko se définit plus que jamais comme un mélange d'AfroPop Naïja et de "R&B Chris Brown" [NDLR : un mix de R&B, Hip-hop et Pop avec des performances vocales minimalistes] avec une dose de Makossa roots et un accent Kwatta Style. Si à l’écoute de ce disque les puristes de Rhythm & Blues et de World Music seront déçus de ne pas voir un tel vocaliste dans un registre plus adulte, le résultat a le mérite de sonner original et camerounais.

Portés par les Lead Singles ‘Thank You Lord’, ‘Je Serai Là’ et ‘Danse Avec Moi’, l’album THE BRIDGE tourne essentiellement autour de l’amour, la danse et la revanche contre les médisances. Le disque est long (18 titres), Locko ayant sans doute voulu, pour son premier album, mettre en exergue sa versatilité et partager le disque avec des invités tant de la scène locale que d’Afrique Francophone, notamment l’Ivoirienne Teeyah et le Sénégalais Dip Doundou Guiss.

13 titres de l’album sont produits par Locko & DJ Kriss. Si le duo nous propose quelques pépites comme ‘RDV’, ‘Sans Déconner’, ‘Booboo’, ‘The Risk’ et ’Baca’, il ne réussit pas à donner une bonne cohérence à l’album. La direction artistique n’est pas du tout au rendez-vous ; on passe très souvent d’une thématique à l’autre sans transition, tandis que le trio ‘Donne Ma Part Sur Ça’, ‘Ashouka’ et ‘Cocotier’ semble de trop sur ce disque.

Locko THE BRIDGE - album cover

 

REALISER UN ALBUM : QUELS PRODUCTEURS CHOISIR ?

Rédigé par Pascal-olivier BROWNILY Mercredi, 7 Mars 2018
Classé dans Phinéas
Nous voici rendus à la 3e partie de notre dossier sur la réalisation musicale. Après avoir vu comment produire une chanson, nous abordons le cadre des albums. En fonction de sa créativité et de sa sensibilité narrative, un chanteur/rappeur qui s’apprête à travailler sur un vrai album se...
Lire l'article

JT and Timbo in studio, working on 20-20 Experience

Nous voici rendus à la 3e partie de notre dossier sur la réalisation musicale. Après avoir vu comment produire une chanson, nous abordons le cadre des albums. En fonction de sa créativité et de sa sensibilité narrative, un chanteur/rappeur qui s’apprête à travailler sur un vrai album se retrouve à réaliser un long projet avec plus ou moins de storytelling ; mais dans tous les cas, il se doit de proposer une expérience musicale complète. Comment alors choisir les record producers pour son album ?

 

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un (vrai) album ?

Le terme "album" regroupe les EP (Extended Play), les albums-studio, les Mixtapes (ou underground albums) et les compilations. Dans notre cas, nous parlons des albums-studio.

 

S’il est vrai que la révolution du streaming pousse les artistes de la nouvelle génération à produire de plus en plus de simples compilations de potentiels singles (qu’ils osent appeler "album" L), un album-studio reste l’élément le point le plus important du CV d’un record artist. Un vrai album est l’aboutissement d’une démarche artistique précise d’un chanteur/rappeur, le résultat d’une interconnexion créative entre lui et un ou plusieurs musiciens et producteurs.

La conception et la réalisation d’un vrai album sont comme ceux d'une robe haute couture. L’album est conçu par le record artist comme le croquis d'une robe, avec la silhouette et les couleurs. Les record producers la réalisent ensuite comme des "stylistes" qui prendront des morceaux de tissu ci et là et les mettront ensemble, de façon à refléter la silhouette du "dessin" et à respecter la cohérence d'un vêtement unique ; le résultat devant refléter l'univers et l'histoire racontée par l'artiste.

Mes 10 albums préférés - Phineas

 

Les types de record producers

Lors de la réalisation d'un album-studio, i.e. un opus qui doit être à la fois vendable et artistiquement crédible, les record artists (ou le Directeur Artistique de l’album) font généralement appel à différents producteurs aux capacités musicales reconnues mais surtout spécifiques. Je regroupe ces derniers de la manière suivante :

Type A, les producteurs capables de donner une PERSONNALITÉ à l'album. Il ne s’agit pas ici d’un producteur qui produit simplement presque tous les titres d’un long projet, mais plutôt un maestro qui est capable de matérialiser musicalement l’univers du chanteur/rappeur avec des émotions différentes, condition sine qua none pour qu’au final le projet soit un vrai album.

Quelques exemples pour bien fixer les idées : Timbaland sur les albums ‘FUTURE SEX/LOVE SOUNDS’ et ‘THE 20/20 EXPERIENCE’ de Justin Timberlake, Babyface sur les albums ‘TONI BRAXTON’ et ‘SECRETS’ de Toni Braxton, Red One sur l’album ‘THE FAME’ de Lady Gaga et sa réédition ‘THE FAME MONSTER’, Guy Nsangue sur tous les albums solo de Charlotte Dipanda depuis 2008.

Durant le processus de création d’un album, il arrive que certains producteurs Type A vivent une telle alchimie avec un record artist qu’ils parviennent à lui créer un "son unique" ET à réaliser complètement l'univers de ce dernier. C’est précisément le cas de R. Kelly et Aaliyah sur l’album ‘AGE AIN'T NOTHING BUT A NUMBER’, Toto Guillaume et Grace Decca sur l’album ‘APPELLE-MOI PRINCESSE’, Scalpovich et Indila sur l’album ‘MINI WORLD’, Noah ‘40’ Shebib et Drake sur l’album ‘TAKE CARE’.

Drake and Noah 40 Shebib

A côté, nous retrouvons le groupe B1, ceux qui excellent dans la production de "tubes radio" immédiats : ce sont les "Hit makers". Certes très talentueux, leur heure de gloire dans le top des charts ne dure généralement que 2-3 ans. Car plus tard on finit par se rendre compte que leur "spécialité" reposait principalement sur leur capacité à avoir créé le "son de l’heure". C’est le cas notamment de Scott Storch, J.R. Rotem, Alex Da Kid et DJ Mustard aux USA, ou encore de Selebobo et Shado Chris en Afrique. [PS : Perso, je trouve ces producteurs surcotés.]

Enfin, nous avons le groupe B2 constitué de producteurs vraiment talentueux, dont les productions très musicales durent dans le temps, mais qui peuvent difficilement donner une PERSONNALITÉ à un album sans que celui-ci ne soit monotone. The Neptunes, Stargate, JUSTICE LEAGUE, Boi-1Da sont des exemples.

 

Pour réaliser un vrai album, un chanteur/rappeur qui n’est pas auteur-compositeur a rarement la chance d’avoir une MOITIÉ MUSICALE, comme Grace Decca & Toto Guillaume ou Drake & Noah ‘40’ Shebib. Le record artist (ou le Directeur Artistique de l’album) doit alors :

Trouver SON producteur de type A pour produire 60 à 70% des titres pour que l’album ait une PERSONNALITÉ ; Rajouter à l’équipe de réalisation des producteurs dont la sensibilité et la touche artistique sont "compatibles" avec l’ambiance de l’album ; Et éventuellement contacter un ou deux hitmakers pour 1-2 tubes qui serviront de Lead singles à l’album. "Eventuellement", car l’album doit rester cohérent et le(s) tube(s) qu’on veut ajouter doi(ven)t être compatible(s) avec l’univers de l’album.

COMMENT PRODUIRE UNE CHANSON ?

Rédigé par Pascal-olivier BROWNILY Lundi, 26 Février 2018
Classé dans Phinéas
Cet article est le second chapitre du dossier spécial "Réalisation musicale". Dans le chapitre précédant consacré aux métiers et vocations, nous avons vu, entre autres, en quoi consiste le rôle du record producer, de l’Arrangeur et celui du Réalisateur. Comment le record producer fait-...
Lire l'article

Babyface & Toni Braxton

Cet article est le second chapitre du dossier spécial "Réalisation musicale". Dans le chapitre précédant consacré aux métiers et vocations, nous avons vu, entre autres, en quoi consiste le rôle du record producer, de l’Arrangeur et celui du Réalisateur.

Comment le record producer fait-il concrètement pour « matérialiser musicalement l’histoire que le record artist essaie de raconter » ? Pourquoi les 48e Grammys ont-ils désigné Best Rap Song le single ‘Diamonds from Sierra Leone’ de Kanye West devant les hits ‘Candy Shop’ et ‘Hate It Or Love It’ ? Pourquoi ‘Moment 4 Life’ est selon plusieurs personnes le meilleur song de la carrière de Nicki Minaj ? Pourquoi la diva Toni Braxton est revenue à la vie musicalement grâce à l’album ‘LOVE, MARRIAGE & DIVORCE’ en duo avec Babyface ?

 

Pour « matérialiser musicalement l’histoire que le record artist essaie de raconter », doit d’abord concevoir l’architecture de la chanson. Il n’existe pas d’architecture-type, mais les plus grands producteurs et arrangeurs utilisent couramment la suivante : Intro + 1er couplet + refrain + 2e couplet + refrain + bridge + refrain + outro. On rencontre néanmoins quelques artistes qui proposent des chemins assez fous mais obtiennent des pépites. On pense notamment à Kanye West avec les titres ‘Highlights’ ou encore ‘Lost In The World’.

S’en suit une démarche en 4 étapes :

Concevoir entièrement le résultat final de la chanson dans sa tête. Composer (ou diriger la composition de) la mélodie ; appelons cela "pièce A". Cette "pièce" qu’on appelle couramment l’instru est donc conçue en 2e étape ; car on la conçoit comme un "élément musical incomplet", un support lequel viendra s’appuyer un autre élément, la voix (que nous appellerons "pièce B"). Diriger la performance vocale du record artist, afin d’obtenir la "pièce B". Ici, "diriger" signifie orienter le record artist pour qu’il interprète chaque partie de son texte (lyrics du song) avec le timbre vocal et l’émotion qu’il faut. Procéder à la fusion parfaite des pièces A et B. Pour cela, le producteur peut rajouter, au besoin, des chœurs et des effets divers.

Je vous propose ce petit florilège pour bien fixer les idées dans la tête : ‘Machine Ma Bosinga’ de Petit-Pays, ‘You Don't Know My Name’ d’Alicia Keys, ‘Melu Megning’ de Chantal Ayissi et ‘Liberian Girl’ de Michael Jackson. J

 

 Réaliser musicalement une chanson est donc tout un art. C’est là où l’on voit la différence abyssale entre un "simple" beatmaker et un maestro. Et le mot de la fin sera donné par le maître en personne. Rendez-vous à la 3e partie.

Quincy Jones Maestro

« La mission du producteur est de sublimer l’artiste », dixit Quincy Jones dans le documentaire Bad 25.

LES METIERS ET VOCATIONS DE LA REALISATION MUSICALE

Rédigé par Pascal-olivier BROWNILY Samedi, 17 Février 2018
Classé dans Phinéas
Le "showbiz" est essentiellement perçu par le public à travers les chansons diffusées en radio ou en streaming, les clips diffusés en ligne ou à la TV, les albums achetés en ligne ou via des CD, ou encore les concerts. Tout ceci représente en fait la 3e étape d’un circuit professionnel...
Lire l'article

Industrie du disque

Le "showbiz" est essentiellement perçu par le public à travers les chansons diffusées en radio ou en streaming, les clips diffusés en ligne ou à la TV, les albums achetés en ligne ou via des CD, ou encore les concerts. Tout ceci représente en fait la 3e étape d’un circuit professionnel appelé industrie musicale. Derrière le "show" se cache toute une "structuration", digne d’une usine, en vue d’une "fabrication en masse" des œuvres musicales.

3 etapes de lindustrie musicale

Cet article est le premier chapitre du dossier spécial "Réalisation musicale" ; il est consacré aux métiers et vocations.

 

Le Record Producer

Dans le milieu de la musique, il est rare de trouver des record artists qui écrivent eux-mêmes leurs textes ("auteurs-interprètes") ET qui composent eux-mêmes la musique de leurs chansons ("compositeurs"). Le premier nom qui me vient à l’esprit est celui de Beck, l’auteur de l’album ’MORNING PHASE’ récompensé aux 57e Grammys. D’autres, à l’instar de M.I.A., Lady Gaga, Kanye West, Petit-Pays, sont des "architectes" qui conçoivent leurs chansons et ensuite dirigent eux-mêmes un orchestre.

La plupart du temps, on fait donc appel à un Record Producer. Qu’il soit un "simple" Beatmaker, un Musicien ou un Musicien multi-instrumentiste, le producteur doit retranscrire musicalement les idées du record artist, matérialiser musicalement l’histoire que ce dernier essaie de raconter.

Toni Braxton & Babyface in studio

Toni Braxton au LA Times lors de promo de l’album Love, Marriage & Divorce en 2014 : « I wasn't using my voice, I was using the voice others told me to use. It was a dark period. But Babyface was the person who snapped me out of it. He said, 'Toni, you're forgetting you're an artist. Stop being a business manager and tell people your story.' » - Source

 

Au cours de la composition d’une chanson en Live, il peut arriver que le producteur (ou l’artiste lui-même s’il est auteur-compositeur) ressente la nécessité d’une instrumentation différente de ladite chanson afin de la magnifier musicalement. Pour ce faire, il fait alors appel à un chef d’orchestre, un spécialiste qui porte le nom d’Arrangeur.

Les arrangeurs sont essentiellement sollicités dans les projets musicalement pointus : Jazz, musique classique ou encore Makossa traditionnel [NDLR : qui dérive du Jazz] ; rien à voir avec la musique urbaine standard. Petit-Pays et le groupe Sans Visas ont par exemple fait appel à Sam Fan Thomas pour les arrangements de leur album à succès Korta (1995).

Dans le documentaire Bad 25, on apprend notamment que Michael Jackson concevait ses titres avec un compositeur dans son propre studio ("équipe B"). Et ensuite il les amenait à Quincy Jones qui concevait les arrangements et les réalisait avec d’autres musiciens ("équipe A").

 

Le Réalisateur

Sur certains projets, l’artiste lui-même (ou son Label) peut décider de rajouter un Réalisateur à l’équipe, un professionnel chargé d’apporter son oreille et son flair. Il peut s’agir d’un (ancien) Record Artist [Booba sur l’album ‘OR NOIR’ de Kaaris] ou d’un (ancien) Record Producer. Dans le cadre d’un album, son rôle peut être étendu au casting du personnel (record producers, featured artists) qui travaillera sur la réalisation et même à l’architecture musicale de tout le projet. C’est donc un record producer qui dirige les autres record producers ; une sorte de "Directeur Artistique" du song ou de l’album.

Ce n’est donc pas un métier à proprement parler, mais plutôt un rôle qu’occupe une personne dans le processus de réalisation d’un song ou d’un album. Il existe toutefois un génie qui a eu à exercer pleinement la fonction de Réalisateur sans être ni un (vrai) chanteur ni un (vrai) rappeur ni un Musicien ni un Beatmaker, un certain Sean 'P. Diddy' Combs.

sean-diddy-combs-studio

P. Diddy : « Mon talent est un vrai don. Je ne sais pas d’où ça vient. Je ne joue d’aucun instrument, et je ne suis jamais allé en école de production artistique, mais je sais exactement comment une chanson doit sonner et quelle direction donner à un artiste.» - Source

JOVI, UN OVNI DANS LE PAYSAGE MUSICAL CAMEROUNAIS PART. 2

Rédigé par Pascal-olivier BROWNILY Samedi, 17 Février 2018
Classé dans Chroniques Muz
Dans les années 2010s, le monde de la musique traverse sa période la plus pauvre en termes de créativité, tous genres musicaux confondus. Pop, Rock, R&B/Soul, World Music, Tribal Afro Musics… Toutes les scènes musicales à travers le monde sont concernées, et le Cameroun ne fait pas exception...
Lire l'article

Jovi ovni dans le paysage musical camerounais - pt 2

Dans les années 2010s, le monde de la musique traverse sa période la plus pauvre en termes de créativité, tous genres musicaux confondus. Pop, Rock, R&B/Soul, World Music, Tribal Afro Musics… Toutes les scènes musicales à travers le monde sont concernées, et le Cameroun ne fait pas exception. L’Afrique en miniature se cherche des héritiers miraculés du Makossa, du Bend Skin et autres rythmes traditionnels. L’Afrique en miniature voit progressivement sa jeunesse renier son héritage dorée pour se rabattre vers l’AfroBeats et l’AfroPop naïja. L’Afrique en miniature voit son armée de griots urbains s’affaiblir au profit de la Pop.

Dans ce désert artistique qui est désormais le nôtre, quelques arbres ont réussi à pousser depuis 2012. Parmi eux, un fromager magnifique et ténébreux à la fois, autour duquel on retrouve une verdure rayonnante de vie nommée New Bell Music. Prenez place, je m’apprête à vous conter en 2 parties Jovi a.k.a le MonstreJ

Retrouvez la PARTIE 1 ICI.

 

MBOKO GOD, tentative manquée de chef d’œuvre

En 2015, le fromager veut s’élever d’avantage pour se rapprocher du soleil. A la suite de l’immense succès critique ET populaire des titres ‘CASH (Mets l'argent à terre)’ et ‘Et P8 Koi’ (2 classics), Jovi propose le très ambitieux 'MBOKO GOD'.

Le disque est très musical et sonne très tribal, mais n’est pas assez bien orchestré. L’album est très original, mais la production exécutive n’est pas au niveau (j’avais chroniqué cet album ICI). Le projet qui se voulait divin a été initié trop tôt dans la tête de cet 'Artiste'. Toute proportion gardée, c'est comme s'il avait de faire 'YEEZUS' [NDLR : le projet le plus radical de Kanye West] juste après 'THE COLLEGE DROPOUT'. Comme s'il n'avait pas compris qu'en fait le Louis Vuitton Don a eu 2 phases artistiques :

Le producteur-rappeur, qui a créé son univers musical Chipmunk Soul et l’a perfectionné au bout de 3 albums (jusqu’à ‘GRADUATION’), notamment en faisant appel au chef d’orchestre John Brion dès l’album ‘LATE REGISTRATION’. L'Artiste, qui prend des risques musicaux démesurés [NDLR : dès 808’s & Heartbreak] car (1) il a déjà un nom, (2) il sait comment entertain le public et (3) il a à sa disposition les ressources humaines et les moyens matériels et financiers pour orienter et réaliser des œuvres d’une créativité hors-norme.

Toutefois, Jovi rectifie le tir en enchaînant directement avec 'RAP 2 RICHES', un EP sorti la même année (2015) et produit sous le thème d’un retour aux bases du Rap. Il a compris qu'il n'est pas (encore) un génie mais un "producteur-rappeur très talentueux" qui doit faire les choses calmement, comme elles lui viennent. Il a compris qu'il est un monstre, pas un dieu.

 

16 WIVES, l’apothéose du monstre

'16 WIVES' prend sa source dans 'H.I.V.' (son rookie-album), s'écoule en flirtant juste comme il faut avec la boule de chakra 'MBOKO GOD', pour venir plonger dans le contexte 2016 [NDLR : l’album était initialement prévu pour fin 2016, mais il sortit en 2017] de la scène musicale camerounaise et scander : « The (real) MVP is back ».

16 WIVES album cover

Les productions quant à elles sont très recherchées et très soignées, mais restent très digestes ; une pure merveille. Les titres destinés à être des tubes radio sont facilement reconnaissables car les lyrics sont majoritairement en français. Certains titres reprennent les formules gagnantes d’hier : ‘Mongshung’ nous rappelle ‘Et P8 Koi’, et ‘Ou Même’ est la suite directe de ‘La Sauce’.

A chaque écoute de cet album au cours de l’année dernière, j’ai toujours éprouvé le besoin de retourner écouter les 2 précédents. Et je peux vous dire que depuis 2013, les fruits du fromager Jovi sont de véritables victuailles pour les oreilles. Un seul mot pour conclure cette histoire : Merci.

https://twitter.com/tmpo18/status/922902160400142336

https://twitter.com/tmpo18/status/922903724347019264

 

JOVI, UN OVNI DANS LE PAYSAGE MUSICAL CAMEROUNAIS PART. 1

Rédigé par Pascal-olivier BROWNILY Vendredi, 9 Février 2018
Classé dans Chroniques Muz
Dans les années 2010s, le monde de la musique traverse sa période la plus pauvre en termes de créativité, tous genres musicaux confondus. Pop, Rock, R&B/Soul, World Music, Tribal Afro Musics… Toutes les scènes musicales à travers le monde sont concernées, et le Cameroun ne fait pas exception...
Lire l'article

Jovi ovni dans le paysage musical camerounais - pt 1

Dans les années 2010s, le monde de la musique traverse sa période la plus pauvre en termes de créativité, tous genres musicaux confondus. Pop, Rock, R&B/Soul, World Music, Tribal Afro Musics… Toutes les scènes musicales à travers le monde sont concernées, et le Cameroun ne fait pas exception. L’Afrique en miniature se cherche des héritiers miraculés du Makossa, du Bend Skin et autres rythmes traditionnels. L’Afrique en miniature voit progressivement sa jeunesse renier son héritage dorée pour se rabattre vers l’AfroBeats et l’AfroPop naïja. L’Afrique en miniature voit son armée de griots urbains s’affaiblir au profit de la Pop.

Dans ce désert artistique qui est désormais le nôtre, quelques arbres ont réussi à pousser depuis 2012. Parmi eux, un fromager magnifique et ténébreux à la fois, autour duquel on retrouve une verdure rayonnante de vie nommée New Bell Music. Prenez place, je m’apprête à vous conter en 2 parties Jovi a.k.a le MonstreJ

 

Jovi, un rappeur à l’ancienne

L’année 2017 vient de s’achever, et tous les mélomanes camerounais ont encore assisté à une pénurie d’albums-studio. La production, la promo et l’exploitation d'un vrai album coûtent cher. Les "Stars" (Coco Argentée, Mani Bella...) font des Maxi Singles, les artistes underground (Xzafrane, Maxtor, Malik, MacLeen, Locko, Magasco et Mr. Leo jusqu’à récemment.) se débrouillent avec des EP. Mais pour la majorité, ils font des Singles et investiront gros dans les clips.

Ce phénomène est désormais le quotidien du Rap camerounais Mainstream ; ceux qui ont viré vers l'Afro Hip-Pop se comportent comme des "chanteurs Pop". Jovi apparait ainsi comme une des rares exceptions. Depuis ses débuts en 2012, le rappeur enchaine Album – EP/Mixtape – Album à un rythme effréné. Et sa discographie va sans doute se rallonger en 2018. Il faut dire que Jovi a (1) le succès local qu'il faut, (2) les moyens artistiques et techniques (il écrit ses propres textes et tape ses propres beats) et (3) surtout il est un MC comme on n’en fait plus. Un performeur original et authentique qui respecte les Codes; très souvent raconteur d’histoires (storyteller), qui met toujours l'état d'esprit du Hip-hop dans ses œuvres, et qui a respecté le Circuit Underground.

Jovi crew in Devil No Di Sleep

 

Jovi, un rappeur-producteur de musique camerounaise

Pour un camerounais, faire du Rap consiste à s’inspirer soit de la scène française, soit de maison-mère américaine. La langue, le flow et les instrus y tirent directement leurs influences. Là encore, Jovi se démarque de ce chemin classique.

Depuis son rookie-album 'H.I.V.', ses textes dénoncent les difficultés et les excès du quotidien des camerounais ; tout en mixant pidgin, anglais et français. Et sur chaque projet qui a suivi, il peint la réalité du kwatt ; et tout cela avec des instrus qui magnifient la culture camerounaise. Il a ainsi créé une version authentique de "Rap camerounais" : le Mboko Rap.

 

J’ai plusieurs fois lu sur Twitter et entendu via des podcasts l’idée selon laquelle Jovi serait le « Kanye West camerounais ». C’est en fait un peu plus complexe que cela. Jovi est selon moi un rappeur, produit par un disciple de Timbaland qui serait né avec la faculté de plonger dans l’essence de l’Afrique pour y emprunter et agencer des sonorités. Sauf que dans notre cas de figure, artiste et producteur ne sont qu’une seule et même personne. Et c’est là, toute la monstruosité du truc. J

MBOA RAP - SPOKEN WORD AWARDS 2017

Rédigé par Pascal-olivier BROWNILY Lundi, 29 Janvier 2018
Classé dans Chroniques Muz
La date de publication de ce post n’est pas anodine ; nous sommes au lendemain des 60e GRAMMYs. En effet, MON système d’évaluation que je présente sur Facebook depuis 2015 s’en inspire directement. La note d’un Rap song est la moyenne pondérée obtenue à partir des 5 param&egr...
Lire l'article

Best-of 2017 du Rap et Slam 237

La date de publication de ce post n’est pas anodine ; nous sommes au lendemain des 60e GRAMMYs. En effet, MON système d’évaluation que je présente sur Facebook depuis 2015 s’en inspire directement.

La note d’un Rap song est la moyenne pondérée obtenue à partir des 5 paramètres suivants : 

Rap performance (vitesse et mélodie du flow) : coefficient 4 ; Interprétation : coefficient 1 ; Instru : coefficient 3 ; Lyrics/Message : coefficient 2 ; Record production : coefficient 5.

Les clips sont évalués comme des œuvres cinématographiques. La note d’un short film est la moyenne pondérée obtenue à partir des paramètres suivants :

Acting : coefficient 3 ; Scenario et mise en scène de l’histoire : coefficient 4 ; Tenues, Déco et Chorés (par rapport à l’histoire) : coefficient 2 ; Réalisation : coefficient 5.

Voici le Best-of 2017 du Rap et Slam 237. J

 

Best Rap Solo Performance : ‘Bahatland’ - Tenor

‘Devil No Di Sleep’ - Jovi ‘Being Me: The Introduction’ - Boy-Tag Nanga Mboko’ - Skidi Boy

 

Best Rap/Sung Collaboration : ‘My Voice’ – Performed by Bonzyz & Leonette

‘One By One’ – Pit Baccardi Feat. Magasco ‘Freedom of Speech’ – Mic Monsta Feat. Dready Christ ‘A Di Find My Gari’ – Krotal Feat. Magasco

 

Best Rap Song : ‘My Voice’ – Performed by Bonzyz & Leonette

‘Workmanship’ – Performed by Jovi & Pascal ‘Being Me: The Introduction’ - Performed by Boy-Tag ‘Devil No Di Sleep’ - Performed by Jovi

 

Best Video : ‘D’un Autre’ - Performed by Lydol, Directed by Adah Akenji

‘Nouveau Président’ – Performed by Xzafrane, Directed by AFAM Films, Adah Akenji, Fabien Nguemo ‘Bad Things’ - Performed by Tenor, Directed by Adah Akenji ‘Ou Même’ - Performed by Jovi, Directed by Ndukong

Les détails de calcul sont disponibles ci-après :

 Best Mboa Rap slam songs 2017

Best Mboa Rap slam videos 2017

COUP DE PROJECTEUR SUR LES AFRIMA 2017

Rédigé par Pascal-olivier BROWNILY Mercredi, 24 Janvier 2018
Classé dans Chroniques Muz
Dans les industries culturelles (musique, sport, littérature, cinéma), les Awards représentent une distinction, une sorte de tableau d’honneur, qu’un groupe de personnes décide d’attribuer aux acteurs de la profession afin de souligner un aspect précis (critères). Dans le domaine de la M...
Lire l'article

Locko Montess Afrima 2017

Dans les industries culturelles (musique, sport, littérature, cinéma), les Awards représentent une distinction, une sorte de tableau d’honneur, qu’un groupe de personnes décide d’attribuer aux acteurs de la profession afin de souligner un aspect précis (critères). Dans le domaine de la Musique en particulier, une cérémonie d’Awards consiste en général :

·         soit à récompenser un artiste et ses œuvres pour l’impact de ces dernières (positionnement et/ou longévité dans les Charts). Un comité se charge de faire une sélection de nominés et le public vote pour le meilleur (son favori ?) de chaque catégorie. C’est le cas des NRJ Music Awards (en France) et des MTV Europe Music Awards qui récompensent la POP-ularité des artistes au sein du public.

·         soit à certifier d’une certaine qualité de performance (la "qualité" étant définie par les critères qui sont propres à chaque cérémonie d’Awards). Les artistes y envoient leurs œuvres pour concourir ; et un Jury se charge de l’évaluation.

o   Les Grammys (aux USA) ont la particularité d’être des Awards qui évaluent la musicalité, la performance technique, la créativité artistique et l’originalité (impact social par exemple) des œuvres musicales, tous genres musicaux confondus, en faisant abstention de leurs performances commerciales.

Il revient donc aux différents acteurs de l’industrie musicale de chaque pays (ou de chaque continent) d’accorder à chaque cérémonie l’importance et l’attachement qu’ils souhaitent, en fonction de la crédibilité artistique qu’ils accordent aux critères d’évaluation et au Comité de sélection/évaluation.

Article écrit sur Yaoundé C'Koment le 17 Novembre 2017.

ET SI EN FAIT TENOR EBANFLANG AVAIT TOUT COMPRIS ?

Rédigé par Pascal-olivier BROWNILY Mardi, 26 Septembre 2017
Classé dans Chroniques Muz
Il y’a tout juste un an, j’écrivais la note « Pourquoi le Vrai Rap ne se vend-il pas au Cameroun en 2016 » (publié ICI sur le blog de mon collègue A. Himins) en référence au fait que trop peu de vrais rappeurs 237 ne s’en sortent pas. Il faut dire que dans l...
Lire l'article

01 Le Fiang, le Way, le Yâmo

Il y’a tout juste un an, j’écrivais la note « Pourquoi le Vrai Rap ne se vend-il pas au Cameroun en 2016 » (publié ICI sur le blog de mon collègue A. Himins) en référence au fait que trop peu de vrais rappeurs 237 ne s’en sortent pas. Il faut dire que dans l’effervescence musicale Urban/Pop qui a résulté du séisme « Hein Père », c’est plutôt l’AfroPop (vocable maladroitement utilisé par les médias locaux pour désigner les résultats de la légère "camerounisation" de l’Afro Beat Naïja) qui a pignon sur rue, et non le (vrai) Rap. 

Depuis 3 ans, de nombreux rappeurs camerounais ont délaissé les codes du Vrai Rap pour se tourner définitivement vers ce j’appelle l’Afro Hip/Pop. Les premiers à avoir connu du succès sont Franko ('Coller La Petite') et Maalhox ('Ça Sort Comme Ça Sort') en 2015. Depuis, quelques-uns connaissent la même réussite, notamment Mink’s et surtout Tenor Ebanflang, tandis que la relève se prépare déjà avec le rookie Boy-Tag. Et si en fait, dans notre pays, des projets tels que ’16 WIVES’ de Jovi et ‘5 MAJEURS’ de Xzafrane n’étaient en fait destinés qu’à une certaine élite, au même titre que les albums World Music de Charlotte DipandaKareyce Fotso et Lab’L ?

Article écrit sur Yaoundé C'Koment le 06 Novembre 2017.